Aller au contenu principal

2004, L'ESWC REVIENT AU FUTUROSCOPE ET ACCUEILLE 2 NOUVEAUX JEUX

Pour fêter ses 15 ans, l'ESWC vous propose de revenir sur ses compétitions les plus prestigieuses. Deuxième étape de notre voyage en DeLorean, l’ESWC 2004 avec la première victoire d’un joueur français lors d'une Coupe du monde des jeux vidéo.

Après le succès du premier ESWC (classé par le site ESReality comme le « meilleur événement de l’année 2003 »), en 2004, Ligarena (qui va bientôt devenir Games-Services) poursuit sur sa lancée en poussant le curseur encore plus loin. Le lieu reste le même : le fameux Futuroscope de Poitiers (à l’intérieur du Parc pour cet opus, à l’inverse de 2003), et l’espace alloué pour les compétitions augmente considérablement. Le nombre de joueurs également, on passe ainsi de 360 joueurs à 600 joueurs, avec un cash prize qui passe de 156 000$ à 210 000$ pour l’occasion. Au niveau des installations, une scène extérieure prend place afin de permettre au public de suivre les matchs dans un cadre idéal. En théorie principalement, puisque « l’ennemi » de ces 6 jours de compétitions se nommera météo. Le froid et la pluie avaient décidé de rejoindre la partie.

LA SURPRISE TRICOLORE NE SUFFIT PAS…

Au niveau des résultats, c’est bien une équipe française qui va créer la sensation - et ce dès la phase de groupes du tournoi Counter-Strike. Emmenée par son leader charismatique, « KaRa » alias Benjamin Carasco, Factory (YoRliN, KaRa, VeskiT, ScariuM & XciteR) va s’imposer contre l’ogre suédois des SK-Gaming (HeatoN, Potti, ahl, fisker & SpawN) à la surprise générale sur le score de 13-9 (sur de_nuke). Lors de cette rencontre, la petite « pépite » des Factory, YoRliN (Julien Mailhé), s’offre un 1 contre 4 qui restera à jamais gravé dans les mémoires.

Attendu une nouvelle fois comme le grand favori de la compétition Counter-Strike, au même titre que NoA (avec l’arrivée de elemeNt, premier transfert de l’histoire payant sur CS), les SK chuteront finalement en quart de finale (une nouvelle fois, à la surprise générale) face aux Virtus.Pro (sur le même score que face à Factoryprécédemment, 13-9). Malheureusement, aucune équipe française ne parviendra à accéder au bracket final cette année et la victoire finale reviendra aux danois de The Titans (EraZ, eGene, KK, whiMp & Drally), tombeurs en finale des surprenants suédois de spiXel (walle, Bullen, iLight, hyber, crypt). Un « doublé » pour le Danemark puisque les filles de All For One (Tibi, Artamis, Tatiana, Nissepigen & Muss) vont également s’imposer dans le tournoi Counter-Strike féminin face aux Brésiliennes de LadieS.AMD (Nath, Lokinha, Le, 1004 & Cookie). Coachés par l’incontournable MoMaN, les btb confirmeront leur statut de meilleure équipe française en s’octroyant notamment une victoire contre les seules (13-11). Malheureusement, le parcours des joueuses françaises s’arrêta en seconde phase de groupes. Pour le site français team-aAa.com, NiNa expliquait à l’issue de la compétition : « Nous avons été agréablement surpris par les moyens employés pour l’ESWC, déjà le Futuroscope, la scène, tous ces médias autour, les interviews, les attractions, les HLTV etc... vraiment, tout était fait pour les joueurs ».

ET L’OUTSIDER DEVINT ROI

Pour ce qui est de Warcraft III, la nouvelle extension Frozen Thronevient de faire son apparition et l’Asie va prendre le contrôle des opérations. Hormis l’absence de Grubby et de quelques coréens, tout le gratin mondial est présent pour l’occasion. Et surtout… pour voir FoV venir contrarier les SK-Gaming en remportant le titre suprême en finale face à MaDFroG (second de l’ESWC en 2003). Après son transfert de l’armaTeam vers SK, FaTC termine finalement 5ème aux côtés d’un autre joueur français qui rejoindra bientôt l’équipe britannique des 4Kings, ToD (toujours chez l’armaTeam à cette époque). Sans conteste, les SK continuaient ainsi d’accroitre leur domination sur la scène Warcraft III en plaçant 4 joueurs dans le top 5/8 (MaDFroG 2ème, HeMaN 3ème et Sweet 4ème notamment).

Du côté d’Unreal Tournament, après sa victoire en 2003, l’Allemand GlitzZz est malheureusement contraint de s’incliner contre son compatriote BurningDeath (1 seule manche concédée durant l’ensemble du tournoi ; de quoi mesurer la performance réalisée par notre nouveau champion du monde). Une surprise considérable tant BurningDeath n’était pas attendu à ce niveau de la compétition, pour sa première participation lors d’un tournoi officiel.

Sur Quake III, le format proposé est tout simplement le remake de la Coupe Davis avec 64 joueurs représentant 16 nations au total. Les meilleurs sont de la partie du côté des grands favoris - les Russes (Cooller, evil, morfez et uNkind) et les Américains (ZeRo4, cha0tics, socrates et czm). Pourtant, ce sont bien les Suédois (fazz, fooKi, fox, raccoon et Z4muZ) qui vont s’imposer en finale sous les commentaires de Geist et de djWHEAT, actuel directeur de Twitch TV. Pour le camp tricolore, avec une modeste 8ème place, ce sera principalement le match de gala entre l’américain ZeRo4 et Saint-Germain qui va rester dans les mémoires. Commenté le samedi soir par Lâm face à un public totalement conquis, Quake III démontrait ainsi toute l’étendue de sa capacité à émouvoir les foules, malgré la défaite du joueur français…

IL FALLAIT VENGER ZIDANE

Avec l’organisation de son deuxième ESWC, Ligarena va également profiter de l’occasion pour introduire deux nouveaux jeux au sein de ses tournois. Le premier, Painkiller (un FPS au style complètement nerveux) et le second : PES 3, référence absolue en matière de simulation de football.

Après la débâcle française intervenue lors de l’Euro 2004, éliminée par la Grèce en quart de finale, la possibilité de « venger » les Bleus étaient donc offerte aux joueurs tricolores. Maillot du PSG sur le dos (saison 1997-1998), Samad Baism alias « Samsam » ne va pas la manquer en s’imposant en finale contre l’Allemand Xside sur le score de 4 buts à 1. Au micro de jeuxvidéo.com, le jeune joueur âgé de 24 ans confiait toute sa satisfaction après l’obtention d’un tel sacre : « Au vu des différents joueurs, je savais que j'avais le potentiel pour gagner, mais étant donné que ça reste du football, comme on a pu le voir pendant le championnat d'Europe, c'est très aléatoire. (…) Je souhaite à tous les joueurs qui jouent aux jeux vidéo de vivre les moments que j'ai vécus, parce que c'est beaucoup d'émotion ».

Sur Painkiller, la victoire finale reviendra finalement au hollandais « Vo0 » - tombeur de la coqueluche du public, l’italien Stermy (victoire 17-16 lors de la dernière carte). 

En 2005, l’ESWC va acter le déménagement de sa compétition dans le prestigieux Carrousel du Louvres à Paris. Mais ça, ce sera pour le prochain épisode…

Podium Counter-Strike :

  1. Titans

  2. spiXel

  3. Virtus.Pro

Podium Counter-Strike féminin :

  1. Team all 4 one

  2. Ladies.AMD

  3. New4|eibo

Podium Warcraft III : Frozen Throne :

  1. FoV

  2. MaDFroG

  3. HeMaN

Podium Unreal Tournament 2004 :

  1. BurningDeath

  2. GlitzZz

  3. Lauke

Podium Quake 3 :

  1. Suède

  2. États-Unis

  3. Russie

Podium PES 2003 :

  1. Samsam

  2. Xside

  3. Zhiliang

Podium Painkiller :

  1. Vo0

  2. Stermy

  3. Dr.Moeser

    Virtus.Pro vs SK : https://www.youtube.com/watch?v=MX5gb2eEV1Y&t=185s

    Finale Quake 3 : https://www.youtube.com/watch?v=GoufsiT9uaw&t=78s

    Finale Warcraft III : https://www.youtube.com/watch?v=rH7NLaoCVo8