Aller au contenu principal

2007, L'ESWC REJOINT LA PORTE DE VERSAILLES

Pour fêter ses 15 ans, l'ESWC vous propose de revenir sur ses compétitions les plus prestigieuses. Cinquième étape de notre voyage en DeLorean, l’ESWC 2007. Synonyme de nouveau déménagement pour la franchise tricolore.

Pour son 5ème ESWC - après avoir déménagé du Futuroscope de Poitiers jusqu’à Paris précédemment (au Carrousel du Louvres en 2005puis à Bercy en 2006), Games-Services va décider de rejoindre la Porte de Versailles et son fameux Parc des expositions. Pour l’occasion, l’ESWC endosse désormais une appellation supplémentaire et se mue en « Mondial du Gaming ». Partant du principe que l’esport ne se limite pas seulement à l’aspect compétitif de ses tournois, l’ESWC va s’ouvrir à une population beaucoup plus large : les « gamers » ; qu’ils soient « casuals » (ou plus simplement dit, « joueurs occasionnels »), ou vétérans des plus grands champs de batailles virtuels. Au total, 12 000m² sont aménagés à l’intérieur du Parc des expositions. Pour la presse, une salle de 1000m² est dédiée au coverage à l’échelle internationale de l’évènement. Sur le territoire tricolore, l’esport continue son ascension.

EMULATE VIVRA !

Au niveau des résultats, le tournoi Counter-Strike va offrir l’un des plus grands matchs de l’histoire avec la finale entre les polonais de Pentagram (kuben, Loord, LUq, TaZ & NEO) et les danois de NoA (ave, mJe, Sunde, hpx et zonic). Côté français, malgré la désillusion des goodgame (éliminé lors de la 1ère phase de groupes avec 4 défaites au compteur), le public français va en profiter pour découvrir le véritable potentiel des emuLate. Emmenée par son leader charismatique, Michael Zanatta alias « HaRts », l’équipe tricolore s’offre notamment le luxe d’accrocher les suédois de fnatic (top 3 mondial à cette époque) en poules (15-15) avant de prendre l’ascendant sur NoA par la suite (16-14). Une victoire de prestige qui va leur permettre d’envisager l’accession à l’arbre final du tournoi. Malheureusement, et contre toute attente, la bande à RiGo va finalement craquer contre les dignitas sur le score de 16-14. Probablement l’une des plus grandes désillusions de l’esport tricolore. Journaliste pour team-aAa.com à cette époque, Nicolas Loisel résume : « Tous ceux qui ont vu le match suivant contre les Dignitas ont encore mal : alors qu'ils mènent sur le score de 14-3, les Français se liquéfient et s'inclinent au bout du cauchemar, éliminés devant leur public avant les quarts. Leur plus grande victoire et leur pire défaite en une journée, l'ascenseur émotionnel aurait brisé des équipes moins solides mentalement. » In fine, cette défaite actera bel et bien le début de l’ascension des emuLate sur la scène internationale. Pour briller, il fallait d’abord commencer par chuter.

Du côté de la scène féminine, après la sensation btb l’année précédente, c’est au tour des américaines de prendre le contrôle des opérations. En finale, les américaines de SK-Gaming parviennent à s’imposer contre les chinoises de Ehonor et entament ainsi leur domination sans partage sur Counter-Strike. Pendant 3 années, SK va tout simplement rafler la mise lors de l’ESWC avec 3 victoires successives lors de la compétition la plus relevée du circuit. Une performance digne du Real Madrid de Zidane en Ligue des Champions ! Ou tout simplement digne des SK…

LA FRANCE S’ACCROCHE À LA SECONDE PLACE…

Sur PES6, après sa victoire l’année précédente (à Bercy, en 2006), Spank ne parviendra pas à réitérer l’exploit en s’inclinant en finale face à l’allemand S-Butcher sur le score de 3 buts à 2. Les deux joueurs évoluaient d’ailleurs avec la même équipe, l’Inter Milan.

Du côté de TrackMania Nations, la donne est la même. Premier en 2006, Carl va s’octroyer la seconde place du tournoi, derrière le néerlandais XeNoGeaR. La délégation française s'octroiera également la troisième et quatrième place par respctivement les joueurs Lign et Selrahc.

Pour Quake 4, la victoire finale va revenir au polonais av3k, tombeur de la légende Cooller en finale. Pendant ce temps-là, Winz en profitera pour confirmer son statut de grand Maître des FPS tricolore avec une jolie 3ème place pour compléter ce podium.

A Warcraft III, le coréen SoJu accentue la domination asiatique en prenant le dessus sur Creolophus en finale. Malheureusement, à l’inverse des années précédentes, aucun joueur français ne parviendra à rejoindre l’arbre final avec une élimination prématurée lors de la 1ère phase de groupes pour Wolf, et une élimination lors de la seconde phase de groupes pour eLquA.

Podium Counter-Strike mixte:

  1.    Pentagram
  2.    NoA
  3.    fnatic


Podium Counter-Strike féminin :

  1.    SK-Gaming
  2.    Ehonor
  3.    btb


Podium Warcraft III : Frozen Throne :

  1.    SoJu
  2.    Creolophus
  3.    Grubby


Podium TrackMania Nations :

  1.    XeNoGeaR
  2.    Carl Jr
  3.    Lign


Podium Quake 4 :

  1.    av3k
  2.    Cooller
  3.    Winz


Podium PES 2006 :

  1.   S-Butcher
  2.   Spank
  3.   El Matador