2013, l'ESWC souffle sa 10ème bougie !

07.02.2019 - Toutes les news « ESWC 2013 PGW »

Pour fêter ses 15 ans, l'ESWC vous propose de revenir sur ses compétitions les plus prestigieuses. Dixième étape de notre voyage en DeLorean, l'ESWC 2013, dans les couloirs de la Porte de Versailles, durant la Paris Game Week. 10 ans après le premier du nom...

En 2012, l’ESWC avait profité de ses tournois pour introduire la nouvelle version de Counter-Strike, Counter-Strike : Global Offensive (avec la victoire en finale des suédois des Ninja in Pyjamas : f0rest, GeT_RiGhT, Xizt, friberg & Fifflaren). Cette année 2013 va offrir au public tricolore une finale 100% française dans les couloirs de l’ESWC, avec l’affrontement entre les fameux VeryGames (défaits contre NiP l’année précédente) et Clan-Mystik (dans la peau de « l’outsider »). Au menu, malgré la présence des meilleures écuries mondiales (fnatic, Astana Dragons, NiP and cie), : la revanche de la Coupe de France (l’ESWC.fr) et un match d’anthologie qui va finalement permettre à deux légendes de la version 1.6 de retrouver le goût de la victoire : HaRts et ioRek, deux anciens emuLate (l’équipe référence en France sur Counter-Strike pendant des années).

Sous les commentaires des casters Manu & Cnd, et surtout menés 12/3 sur la dernière carte (inferno), les hommes de HaRts vont finalement créer la sensation et infliger un score sans appel de 13/0 aux VeryGames pour s’adjuger le titre suprême. Célèbre site d’actualité esportive, team-aAa.com terminera sa news par le meilleur résumé possible de cette compétition : « Personne ne l'aurait imaginé, mais ils l'ont fait ! ». Vainqueurs du trophée à cette époque, apEX évolue désormais chez la Team Vitality, tandis que kioShiMa fait les beaux de jours de Cloud9 sur le sol américain.

Sur la scène féminine, avec la disparition progressive des *btb*, les temps sont plus durs pour la France sur Counter-Strike. Malgré tout, la Team Mistral (NSTY, Ceriizz, aLx-, aME & Cla) va parvenir à décrocher la 3ème place du tournoi, juste derrière les suédoises des Druidz (avec 2 françaises dans ses rangs : Sephi et CeleN) et les allemandes d’ALTERNATE (beyoNd, kathi, iReNe, zAAz et Shushu).

Gagner sur FIFA, une tradition !

Du côté de FIFA, après la victoire de Bruce « Spank » Grannec l’année précédente, c’est un nouveau joueur français qui va briller à l’ESWC. Déjà vainqueur de l’ESWC.fr face à Manika (et âgé de 17 ans à l’époque), Vincent « Vinch » Hoffmann profitera ainsi de sa victoire en finale face au russe Ufenok77 (4-1, aux mains du Real Madrid), pour permettre à la France d’obtenir sa 4ème victoire en 4 Coupes du Monde sur FIFA : « J'aurais certainement signé pour un peu moins, c'est vrai que cette semaine je ne pouvais pas demander mieux, expliquait-il à l’issue de sa victoire. Le titre de champion de France et celui de champion de monde sont un vrai accomplissement et je suis heureux d'avoir réalisé une telle performance ! »

Un nouveau FPS prend son envol

Lors de cet opus 2013, l’ESWC va également en profiter pour introduire un nouveau jeu au sein de ses compétitions : Call of Duty Black Ops II.

Une réussite totale : le tournoi en question va attirer une foule considérable pour supporter les deux représentants français, Vitality et Millenium. Par la même occasion, la possibilité de découvrir pour la première fois sur scène un certain Gotaga (ou « The French Monster ») était offerte au public.

Malheureusement, la bande à Neo (Vitality) va s’arrêter en quart de finale face à la formation européenne des Infused, tandis que Millenium portera les couleurs tricolores jusqu’à la 2ème place du tournoi. Vainqueur final ? Les fameux compLexity, représentants des Etats-Unis.

Sur DotA 2, après la victoire des Na`Vi l’année précédente, c’est au tour des russes de Team Empire de soulever le trophée (vainqueur d’Evil Geniuses en finale sur le score de 2-0). Pendant ce temps-là, les français de Sigmat.int prenaient la 3ème place. Carl Jr, lui, triomphait sur les circuits de TrackMania 2 : Stadium. A ShootMania Storm, la victoire finale va également revenir au camp tricolore grâce à l’équipe des against All authorithy (les *aAa*), tombeurs des suédois de Lemondogs.

Malgré l'absence de League of Legends, l'ESWC 2013 aura permis de mettre en lumière des jeux comme DotA 2 ou ShootMania, relativement méconnus du grand public ; permettant également à Call of Duty d’entamer son ascension sur la scène esportive tricolore. En 2014, l’ESWC va permettre à une nouvelle équipe française de marquer son empreinte sur la scène des FPS. Mais ça, ce sera pour le prochain épisode !

Podium Counter-Strike: Global Offensive mixte :

  1.   Clan-Mystik (France)
  2.   VeryGames (France)
  3.   Astana Dragons (Ukraine)

Podium Counter-Strike: Global Offensive féminin :

  1.   Druidz (Suède)
  2.   Alternate.aTTax (Allemagne)
  3.   Mistral Gaming (France)

Podium DotA 2 :

  1.   Team Empire (Russie)
  2.   Evil Geniuses (Etats-Unis)
  3.   Sigmat.int (France)

Podium FIFA 2014 :

  1.   Vinch (France)
  2.   Ufenok77 (Russie)
  3.   BorasLegend (Suède)

Podium ShootMania Storm :

  1.   against All authority (France)
  2.   Lemondogs (Suède)
  3.   PyRo|Gen (France)

Podium TrackMania 2: Stadium :

  1.  Carl Jr. (Canada)
  2.  Tala (Allemagne)
  3.  Koenz (Pays-Bas)

Podium Call of Duty: Black Ops II :

  1. compLexity (Etats-Unis)
  2. Millenium (France)
  3. Epsilon (Grande-Bretagne)

Les autres articles de notre série sur les 15 ans de l'ESWC :