ESWC PGW 2015: Résumé du dernier jour

01.11.2015 - Toutes les news « ESWC 2015 PGW »

Dimanche, c’est le grand jour des finales, avec Trackmania Nations 2, FIFA 16, Just Dance 2016 et Counter Strike : Global Offensive. Voyons qui a été couronné champion pour cette année 2015 !

TRACKMANIA NATIONS 2
Cette année, la grande finale rassemble un plateau extrêmement relevé, puisque ce ne sont pas moins de 3 champions du monde qui sont présents : Tween, Spam et la légende Carl Jr. Avec eux, la révélation de ce tournoi, le jeune Pac, qui a montré en finale du Loser Bracket qu’il n’avait pas peur de la grande scène.

Les hostilités à peine lancées, Pac rattrape déjà le retard au score sur ses opposants venus du Winner Bracket. Mais Carl Jr termine toujours à la première ou la seconde place et maintient son avance, alors que nous attaquons le second circuit, le plus difficile du tournoi.
Ce dernier permet de redistribuer les cartes et resserrer les écarts entre Spam, Tween et Pac, mais Carl Jr reste seul sur sa planète et creuse inexorablement l’écart, jusqu’à atteindre le statut de finaliste alors que son premier poursuivant, Tween, n’a inscrit que 82 points !

Démarre alors sur le 3ème circuit une course contre le destin : empêcher Carl Jr de terminer premier, coûte que coûte. Tween le fait une fois, puis c’est Paco qui résiste. A chaque fois, Carl Jr termine à un rien de la victoire. Sur le 3ème essai, Tween parvient à dépasser Carl Jr dans la toute dernière portion du circuit et fonce en tête… Avant de se prendre le poteau de la ligne d’arrivée ! Juste derrière, Carl Jr passe la ligne et devient champion du monde pour la 3ème fois, un palmarès extraordinaire !

Maudit (il est déjà triple vice-champion du monde), Tween passe en statut de finaliste, mais est rejoint par le jeune Pac. Ce dernier va finalement l’emporter, reléguant son aîné à la troisième place et Spam à la quatrième.

A noter que sur Trackmania Turbo VR, c’est Race Hans qui remporte le tournoi en mode Time Attack.

FIFA 16
C’est la jeunesse qui règne à FIFA 16 : Agge n’a que 19 ans et Gorilla 18, mais ils sont tous les deux en grande finale, devant tous les ténors et favoris de la discipline ! La pression de l’enjeu et de la grande scène leur font commettre plein de petites fautes techniques en première mi-temps, mais c’est Gorilla qui s’extirpe finalement le premier. Jouant Manchester City, il se procure les meilleures occasions, jusqu’à provoquer un penalty, qu’il transforme. Vu comme la rencontre est fermée, on se dit que ce but va peser lourd… Jusqu’à ce que Gorilla ne double la mise juste avant la mi-temps, condamnant par la même Agge à un exploit.

La seconde mi-temps débute et Agge, qui joue avec l’équipe de France, se montre plus patient et méthodique dans sa construction. De l’autre côté, Gorilla semble lever le pied et commet lui aussi des erreurs facilement évitables. Agge en profite pour marquer… Puis égaliser… Puis prendre l’avantage ! Avec beaucoup de réussite sur les deux derniers buts, il réussit tout de même l’exploit de claquer 3 buts d’affilée en grande finale, pour finalement l’emporter sur la remontée de sa vie. Félicitations à lui !

JUST DANCE WORLD CUP
Imaginez l’affiche : La finale de rêve entre les deux Just Dancers les plus connus et les plus réputés du monde, amis qui plus est. Après avoir nettement dominé leurs demi-finales respectives, Diegho et Dina se rencontrent enfin, comme c’était écrit depuis bientôt un an.

On démarre sur « Circus », où Diegho l’emporte aux points, mais le style de Dina, plus en adéquation avec la chanson, lui permet d’obtenir l’adhésion du jury. Le départage du public s’annonce serré, tant les deux champions sont aussi les chouchous des votes. La française l’emporte de justesse avec 57% des votes.
Sur Animals, le brésilien prend sa revanche au score et aux votes unanimes du jury.
Ce qui nous amène à l’ultime morceau de la compétition, « Drop The Mambo ». Les deux compétiteurs, épuisés, donnent tout jusqu’au derniers pas. Pour la 3e fois, Diegho remporte le meilleur score… Et le vote du jury, époustouflé par le talent du brésilien, qui devient par la même le double champion du monde de Just Dance, félicitations à lui !

OPEN PGW CSGO
Le tournoi Open PGW CSGO se termine par un duel fratricide entre les deux équipes de LDLC, les Blue et les White. Si ces derniers sont les favoris et considérés comme « l’équipe 1 », leurs camarades en bleu ont montré de très belles choses depuis le début du tournoi, dont une superbe demi-finale contre Platinium.

Sur Mirage, Blue débute très bien en défense et mène 11-4. La seconde mi-temps débute fort pour les White, qui enchaînent les 10 premiers rounds, avant que les Blues ne puissent enfin en marquer un. Mais c’est avec un « ninja defuse » que Toinou brise les espoirs des Blues. Quelques rounds plus tard, les Whites l’emportent 16-13 et portent un gros coup au moral de leurs rivaux.

On enchaine avec Inferno, la carte des Whites. Portés par un bodyy énorme (13-0), ils débutent idéalement, mais leurs adversaires s’accrochent et terminent la mi-temps sur un encourageant 7-8. En défense, les Blues remportent le gunround et s’ensuit alors une alternance de rounds de chaque coté, jusqu’au 12-12. Les Blues remportent ce round critique et la seconde manche dans la foulée. Monnaie rendue !

Et nous voici sur Cobblestone. Les Blues débutent très bien en attaque, bousculant continuellement leurs adversaires et passant le virage de la mi-temps en tête 9 à 6. En attaque, les Blues continuent de surprendre avec une défense solide et un skill omnipresent. On commence à croire à l’exploit, alors que leur défense semble infranchissable. Et exploit il y aura, car les « petits frères » ne tremblent pas et terminent sur un impressionnant 16-6. Félicitations à eux et à toute l’équipe LDLC, de même qu’aux We Got Game, médaillés de bronze.

Retrouvez toutes les photos sur Facebook et les VOD sur dailymotion.com