Aller au contenu principal

L'ESWC FÊTE SES 15 ANS, ÉPISODE #1

Pour fêter ses 15 ans, l'ESWC vous propose de revenir sur tous ses grands moments et événements qui ont marqué l'histoire de l'esport. Première étape ? L'ESWC 2003, premier du nom !

En France, le grand changement pour le paysage esportif fut l’arrivée de Ligarena, créé en septembre 2000 et faisant suite à l'association avec Lan Arena, précurseur des grandes LAN Party dans l'hexagone. L'équipe de Ligarena entame ainsi un travail de structuration de l'esport avec la création de la plateforme Cyberleagues.org et une ouverture vers l’international de ses événements. En janvier 2001, la Lan Arena 5 (800 participants pour 3000 annoncés au départ) prend place au Studio 217 de La Plaine Saint-Denis avec quatre tournois au menu : Counter-Strike (1.0), StarCraftQuake III et Age of Empire II. Pour l’occasion, Sept à Huit suit l’équipe des goodgame tandis que Canal+ couvre une partie de l’évènement en quête des premiers headshots télévisés de l’histoire : « Sincèrement, explique Matthieu Dallon, ancien président de Ligarena, je ne sais pas si on avait vraiment senti l’ampleur que cela pouvait prendre, mais on avait déjà une vraie passion pour les grands joueurs, les types ne jouaient pas au même niveau que nous (rires) ! Alors, on s’est dit qu’il fallait organiser quelque chose pour eux, quelque chose qui allait permettre à toute la communauté de pouvoir s’affronter et constater une chose très simple, comme dans toute discipline : il y a des « virtuoses » et des mecs vraiment « hors-normes » ! Pour nous, c’était le but de la Lan Arena 7 par la suite, permettre au public de pouvoir apprécier des champions en pleine démonstration. Pour être clair, il fallait ouvrir les LANs au monde « extérieur » et permettre aux fans de se rapprocher de ces grands joueurs, justement ».

1

La même année, Ligarena organise donc la Lan Arena 6 pour continuer dans la lignée d’un évènement présenté comme « le plus gros rassemblement de jeux vidéo en France », ou encore « un embryon qui va prendre de l’ampleur année après année ». Avec l’organisation de la première Gamers Assembly déjà établie, en avril 2000, la machine esport est désormais lancée sur le circuit tricolore. Des kilomètres de câbles ethernet jonchent l’Arche de la Défense pour un total de 1000 joueurs présents sur 1500 annoncés au départ. Qu’importe, c’est bien la Lan Arena 7 quelques mois plus tard qui va propulser l’évènement dans une nouvelle dimension. Parallèlement, en septembre 2001, le lancement de cyberleagues.org - un classement basé sur les résultats des LANs et de plusieurs compétitions on-line, permet d’acter définitivement le virage pris par les jeux vidéo sous l’impulsion de Ligarena. Le format est similaire à celui qu’on peut retrouver aux échecs (le fameux classement « ELO »). Un outil simple et sans fantaisie particulière, mais qui apportera une base de données digne de Football Manager en ouvrant la possibilité de recenser convenablement les joueurs à l’échelle internationale. En soi, une idée de génie.

2

SUR LES TRACES DE JULES RIMET

Avec le succès de la Lan Arena 7 (1500 joueurs présents dans la Grande Halle de la Villette, avec des équipes internationales telles que SKmousesportsmTw ou encore les autrichiens d’Infernum), l'idée de base de l'ESWC est lancée et les Français de Ligarena vont continuer de prendre comme modèle l'événement le plus avancé de l'époque, les World Cyber Games coréens. C’est-à-dire, qualifications nationales, joueurs regroupés dans une sorte de village olympique (au Futuroscope) et matchs sur scène.

3

L'édition 2003 se passe dans la chaleur estivale du Poitou, à deux pas d'un parc d'attraction, avec des teenagers du monde entier et tous ceux qui y étaient ont encore le sourire aux lèvres quand ils en parlent. Les bières tournent sur la pelouse après les matchs, la soirée de clôture est mémorable, l'atmosphère de l'événement est unique : « On a tout de suite voulu proposer un festival « pour les joueurs, par les joueurs » en apportant une dimension de « spectacle » en plus, développe Matthieu Dallon. Toujours en restant le plus « authentique » possible, on venait de ce milieu au départ, il fallait aussi savoir le respecter. Donc, on a cherché à développer un côté « paradisiaque » pour les joueurs ; on avait envie qu’ils puissent aussi s’amuser en-dehors des tournois. Voyage payé, hôtel à disposition (en pleine campagne), il y avait un petit côté vacances de luxe en plus, avec toutes les équipes à proximité les unes des autres. Tout était réuni pour créer une ambiance hyper festive autour de l’événement, on a même organisé des soirées plutôt sympas avec quelques bons souvenirs (rires). Dès la Lan Arena 5 : on s’est axé sur le côté show et le côté divertissement avec la mise en place d’une grande scène pour les gros matchs. Ensuite, on s’est doté d’écrans géants et de plein de petites choses qui allaient permettre au public de suivre les compétitions avec une sensation « d’immersion » avec les joueurs. Pour moi, le choc est intervenu lors de mon premier voyage en Corée-du-Sud (en 2001). Là-bas, j’ai tout de suite compris ce qu’on pouvait vraiment faire avec le sport électronique ».

4

Sur le plan esportif, l'ESWC 2003 est tout simplement une révolution. L'évenement fait passer la discipline dans la dimension du show. A l'image des stars de NBA, les joueurs déboulent devant le public sur de la musique - chaque joueur a son écran individuel, avec un écran géant supplémentaire et des commentateurs.

Pour cette première édition, les chiffres sont également déjà impressionnants : 156 000 dollars de cash prize, 358 joueurs venant de 37 pays différents, on tient là une vraie Coupe du Monde, avec une couverture de l’évènement à l’échelle internationale. Matthieu Dallon toujours : « En 2003, on proposait déjà du broadcast vidéo (avec les fameux HLTVs) pour permettre que la compétition soit suivie à l’échelle internationale. Dans certaines salles, tu pouvais également avoir accès à des casques infrarouges pour choisir la langue des commentaires. Tout était déjà très bien huilé à cette époque, même au niveau de la couverture médiatique. Ensuite, on a été les premiers à proposer un tournoi mixte : il n’y avait pas de raisons que ce soit un « truc » uniquement pour les mecs. Donc, pour moi, le « gros souvenir », ça reste vraiment cette union entre toute la communauté. Des joueurs venus du monde entier, dans une ambiance collégiale, c’était vraiment magique ».

5

Au niveau des résultats, les suédois de l'équipe team9 s’imposent finalement en finale du tournoi Counter-Strike face aux américains de zEx (16-7), après avoir éliminé les français de goodgame au tour précédent sur un score fleuve (16-5). Grand favori de la compétition, les fameux « SK » ne pourront faire mieux qu’une modeste 3èmeplace, après leur défaite en ½ finale contre zEx (16-7).

Sur Warcraft III, en attendant la domination asiatique à venir avec la sortie de l'extension Frozen Throne, la finale est 100% européenne entre deux suédois de l’équipe SK-Gaming : HeMaN et MaDFrog... victoire de HeMaN 2-1. Un « doublé » pour les « SK » puisque l’équipe féminine va également s’imposer dans le tournoi Counter-Strikeféminin - avec trois françaises dans ses rangs : MiSsie, IvY* et Atalante.

Du côté de Quake III, la finale offerte est tout simplement le « remake » de la Guerre froide avec l’opposition entre le Russe Cooller et l’Américain ZeRo4, victoire de ZeRo4. Sur Unreal Tournament - après avoir remporté par deux fois les WCG précédemment (en 2001 et 2002), GitzZz accède finalement au titre suprême en s’imposant contre l’une des surprises du tournoi, le suédois zulg, au style si particulier in game. 

Podium Counter-Strike

  1. team9

  2. zEx

  3. SK-Gaming

Podium Counter-Strike féminin

  1. SK-Gaming

  2. Femina Bellica

  3. Denmark Girls

Podium Warcraft III : Reign of Chaos

  1. HeMaN

  2. MaDFroG

  3. FaTC

Podium Unreal Tournament 2003

  1. GlitzZz

  2. zulg

  3. Fatal1ty

Podium Quake 3

  1. Cooller

  2. ZeRo4

  3. LeXeR

En 2004, la France obtiendra officiellement son premier champion du monde avec l'arrivée d'un nouveau jeu... mais ça, ce sera pour le prochain épisode !

Vidéo ESWC 2003, récapitulatif : https://www.youtube.com/watch?v=FHG2fT7Pdsg&t=464s

- Vidéo Grande finale Counter-Strike :https://www.youtube.com/watch?v=Ob-8WnS6mRw

- Vidéo Grande finale Quake 3 : https://www.youtube.com/watch?v=GwurPipzeYE

- Vidéo Grande finale Warcraft III :https://www.youtube.com/watch?v=ue6BEutDwos

- Vidéo Grande finale Unreal Tournament 2003 :https://www.youtube.com/watch?v=IZb2NPf4DTY

- Vidéo goodgame @ ESWC 2003 : https://www.youtube.com/watch?v=rAKlSECBdHI&t=1s